Home Culture En attendant Godot : éternelle attente

En attendant Godot : éternelle attente

par Thomas Campbell

Adapter En attendant Godot est toujours un défi, tant la pièce a fait le tour du monde depuis sa création. Cet ovni théâtral de Samuel Beckett débarque sur les planches du TNM jusqu’à la fin mars.

Sur scène, Vladimir et son compagnon Estragon partagent la même attente : rencontrer le mystérieux Godot. Ils sont convaincus que c’est la bonne chose à faire sans savoir qui il est, ni pourquoi ce rendez-vous est aussi important. Les deux sans-abris semblent se trouver là un peu par hasard dans un cadre où le temps paraît suspendu.

Le décor de François Séguin est en cela très symbolique avec un sablier géant composé de deux ilots inversés. Le premier est suspendu dans les airs vis-à-vis du second sur lequel s’écoule un filet de sable qui forme un monticule. C’est sur cet espace minimaliste que les personnages sont à la recherche de sens.

Godot

Une éclatante distribution

Benoît Brière (Vladimir) et Alexis Martin (Estragon) sont excellents dans ce duo de sans-abris. Leur complicité n’est pas sans rappeler les inséparables Laurel et Hardy dans leur rapport fraternel/conflictuel. Ils se disputent et se réconcilient sans cesse dans une succession de répliques souvent absurdes. Cela rend la paire de comédiens aussi convaincante qu’attachante.

Pierre Lebeau (Pozzo) et Emmanuel Schwartz (Lucky) complètent cette étonnante distribution. Si l’un incarne un tyran dominateur, l’autre surprend par la folie de son jeu. Emmanuel Schwartz semble totalement possédé par ce personnage d’esclave plus proche de l’animal que de l’humain.

On l’aura compris, le spectateur se trouve au milieu d’une galerie de personnages étranges et déboussolés dans une intrigue sans queue ni tête.

Godot

Une adaptation originale de Godot

Restituer ce curieux mélange des genres est probablement l’un des principaux défis de la pièce, afin que le spectateur se laisse porter par l’étrangeté du texte de Beckett. La mise en scène dépouillée de François Girard y parvient dans une version contemplative. Son approche poétique met en évidence les nuances de cette œuvre foisonnante tragi-comique.

Quant à spéculer sur l’identité du fameux Godot, Dieu ou homme, à vous de voir. Chacun pourra se perdre dans diverses interprétations pour vaincre l’attente et l’incertitude de l’existence.

En attendant Godot, à découvrir au TNM jusqu’au 31 mars.

TEXTE Samuel Beckett
MISE EN SCÈNE François Girard
AVEC BENOÎT BRIÈRE, PIERRE LEBEAU, ALEXIS MARTIN, EMMANUEL SCHWARTZ, MOUNIA ZAHZAM

You may also like