Home Culture Enfant insignifiant ! – retour aux sources

Enfant insignifiant ! – retour aux sources

par Thomas Campbell
Enfant insignifiant

Enfant insignifiant! est le rendez-vous théâtral de cette fin d’année chez Duceppe. Et une rencontre vous avec Michel Tremblay est forcément un événement. Adaptée du récit autobiographique, Conversations avec un enfant curieux, la pièce plonge dans la jeunesse de l’auteur. Une incursion intime avec pour toile de fond les années 50. Pour ceux de cette génération, cela ravivera sans doute quelques souvenirs. Pour les autres, il s’agira de découvrir la mentalité d’un Montréal, à l’aube de la Révolution Tranquille.

Sur scène, le petit Michel est semblable aux jeunes de son âge. Son insatiable curiosité veut décrypter le monde qui l’entoure. Les « Pourquoi ? » cimentent ainsi les échanges avec ses proches qui se retrouvent mitraillés de questions. Or, c’est bien connu, les enfants se contentent rarement de réponses évasives et veulent tout savoir. Le candide Michel a besoin de forger ses repères pour trouver sa voie.

Mais dans un Québec conservateur, assujetti à la religion catholique, un tel comportement dérange. Il bouscule des règles qui ne souffrent aucune contestation. Le petit Michel fait partie de ces esprits « récalcitrants » qui osent questionner l’ordre établi. On oublie sans doute de considérer le seul critère important dans ce contexte : l’insouciance de la jeunesse.

Enfant insignifiant ! revient ainsi sur une période assez sombre où la liberté de pensée était limitée. Comme le souligne Nana dans un soupir : « Il faut croire ! » Comprenons par cela, croire de façon aveugle sans jugement critique. Rentrer dans le moule pour ne pas être marginalisé. Sous son apparente légèreté, la pièce souligne donc l’absurdité de certaines croyances. Car si dans la salle, les éclats de rire fusent, sur scène, les anecdotes sont ponctuées de silences gênés.

Enfant insignifiant - Duceppe

@ Caroline Laberge

Un enfant plein de vie

Après Encore une fois, si vous permettez, on prend plaisir à retrouver le duo Tremblay/Chassé. Guylaine Tremblay reprend le rôle emblématique de Nana, personnage phare de l’œuvre de l’auteur. Elle le connaît bien pour l’avoir interprété à plusieurs reprises. Elle n’a d’ailleurs aucun mal à prêter ses traits à cette femme de tête et de cœur. La comédienne l’incarne avec justesse et intensité.

Quant à Henri Chassé, il est tout, sauf insignifiant. Son Michel est pétillant de malice avec un sens de la répartie à toute épreuve, ce qui le rend diablement attachant. Le plus grand défi de Chassé est d’incarner le personnage à plusieurs âges de sa vie. Il s’en sort admirablement, même si certaines indications auraient probablement permis de mieux marquer ces différences.

Dans le décor marin de Key West, Enfant insignifiant ! se feuillette comme un album de famille. On se plaît à découvrir une galerie de personnages qui ont façonné le parcours du jeune Michel Tremblay. Chaque anecdote se savoure d’ailleurs à la manière d’un gros bonbon acidulé. Certes, on rit beaucoup durant près de deux heures, seulement l’humour est teinté d’une satire sociale qui ne manque jamais de mordant.

 

Enfant insignifiant - DuceppeEnfant insignifiant !
Théâtre Duceppe jusqu’au 3 février 2018
Texte : Michel Tremblay
Mise en scène et adaptation : Michel Poirier
Avec : Henri Chassé, Gwendoline Côté, Isabelle Drainville, Michelle Labonté, Sylvain Marcel, Danielle Proulx et Guylaine Tremblay

You may also like