Home Culture Impromptu ou le filet à papillons

Impromptu ou le filet à papillons

par Marie-Andree Arsenault
Impromptu - Mazrou

Impromptu salue l’arrivée du printemps, au Théâtre du Rideau Vert, avec une comédie romantique rafraichissante.

Dans la pièce, tout Paris parle de George Sand, la passionnée, et des amants éplorés qui la pourchassent. Lorsque celle que l’on qualifie d’araignée tente de prendre Frédéric Chopin dans sa toile, l’étau se resserre autour de cet être vulnérable. Et si cette chasse aux papillons leur redonnait à tous deux des ailes?

Un cocon de création

Qui refuserait un séjour d’un mois de création à la campagne? Dans Impromptu, c’est l’offre que fait la Duchesse d’Antan, admiratrice de la nouvelle vague artistique de Paris, aux grands noms de son époque : Chopin, Delacroix, Liszt (ainsi que sa maitresse, Marie d’Agoult) et Musset. Quand Sand se joint à la partie, le voyage prend une autre couleur : celle de la passion, mais de la jalousie surtout. Entre génie et folie, la Duchesse d’Antan, qui rêvait de réunir les créateurs de son temps dans sa bulle de verre, se retrouvera prise dans l’œil de leur tempête.

Impromptu - Théâtre du Rideau Vert
Impromptu, un déjeuner sur l’herbe

Rythmée par la musique de Frédéric Chopin, Impromptu se distingue notamment par la qualité de sa mise en scène. On ne peut qu’applaudir l’esthétisme des décors, des costumes et des jeux de lumière. Chaque scène se présente comme un tableau vivant que l’on voudrait contempler plus longuement. Habilement ponctuée par les tenues colorées de la Duchesse d’Antan (Sonia Vachon) et les répliques décapantes des enfants terribles faisant de son logis leur terrain de jeu, cette comédie romantique garde ses spectateurs captifs du lever au tomber du rideau.

La distribution d’Impromptu, à l’image de son texte, est fougueuse, fascinante. Aux antipodes l’un de l’autre, la décadente Sand (Myriam Leblanc) et le fragile Chopin (Maxim Gaudette) tendent une corde raide sur laquelle les autres personnages jouent les funambules. L’électrifiant personnage d’Alfred de Musset (Luc Bourgeois), dont la mimique est exceptionnelle, vole assurément la vedette à tous les autres.

Impromptu questionne le fondement de la création. Du bonheur de créer au cauchemar d’être critiqué, pourquoi choisit-on d’être artiste? Qu’ils soient pianistes, poètes, peintres ou écrivains, ces êtres assurément imparfaits ne recherchent pas tant la perfection qu’un amour plus puissant que le temps. Après tout, la plus belle façon de déployer ses ailes, c’est peut-être de léguer au monde ce que l’on a créé pour devenir immortel.

 

Impromptu
Théâtre du Rideau Vert jusqu’au 21 avril 2018
Scénario : Sarah Kernochan
Adaptation : Marie-Josée Bastien
Mise en scène : Stéphan Allard
Distribution : Myriam Leblanc, Maxim Gaudette, Émilie Bibeau, Luc Bourgeois, Pierre-François Legendre, Mathieu Lorain Dignard, David Savard, Sonia Vachon

You may also like