Home Cinéma Le top 4 de William pour Fantasia 2017

Le top 4 de William pour Fantasia 2017

par William Babin

That’s all folks !
Fantasia s’est fini. #tristesse

J’ai vu plus d’une dizaine de films, et j’ai été agréablement surpris par plusieurs films.
Voici mon top 4 et des poussières.

En écrivant l’article, j’ai réalisé que les films que j’ai choisis mettant tous de l’avant un personnage principal féminin. #yougogirl #fucklepatriarcatcinématographique

Sans plus tardé voici les films qui m’ont le plus intéressé durant fantasia 2017

 

Cold hell

Thriller prenant réalisé par Stefan Ruzowitzky et écrit par Martin Ambrosch, Die Hölle, nous amène dans la métropole de Vienne où Özge ( l’incroyable Violetta Schurawlow ) est chauffeuse de taxi. Dès le début du film on voit qu’Özge ne semble pas être chanceuse, plusieurs de ses clients la traite irrespectueusement, elle semble être en froid avec sa famille et son ex-copain, bref rien ne va. Par contre, s’il y a bien quelque chose que notre héroïne n’est pas, c’est une victime. Özge ne se laisse aucunement faire, elle n’a pas peur et affronte ses problèmes de front. Özge pète littéralement des gueules tout au long du film. Pratiquant le Muy Thaï dans ses temps libre elle n’hésite pas à remettre à leur place plusieurs hommes misogynes ou tout simplement des êtres sans scrupule qui ont le malheur de croiser sa route et chercher les embrouilles. Un soir, après une dure journée au travail, Özge aperçoit un cadavre d’une femme nue, ébranlée elle remarque alors qu’un homme dans la pénombre la regarde, le tueur. S’ensuit alors un récit sans pitié où un dangereux  tueur en série la poursuit sans relâche. Özge ne va jamais chercher à s’enfuir du bourreau, on contraire elle le cherche. Le film fait appel à la stylistique des giallos ( Pour une explication de ce type de films originaire de l’Italie, je vous recommande cet article ma foi fort intéressant : ICI ainsi que ce cours vidéo : ICI ) et met de l’avant une direction photo à tout casser. La présence de couleurs utilisées de manière symbolique tout au long du film a titillé l’étudiant en cinéma que j’étais. L’actrice  Violetta Schurawlow est crédible et impressionnante en tant qu’une femme résiliente et forte. L’acteur Tobias Moretti était, quant à lui, très drôle et efficace dans le rôle du sergent de la police . Un film coup de poing et bien ficelé qui fait honte à ces thrillers américains qui se ressemblent tous . Un coup de cœur <3 !

 

Love and other cults

Le terme quirky peut se traduire de la sorte : original, décalé et inattendu. Love and other cults, dernier film du réalisateur Japonais  Eiji Uchida est quirky, drôle, touchant, beau et laid en même temps. Sorte de fusion entre Gummo  , Kids  et Boogie Nights adoucie, puis apprêtée à la sauce Japonaise. Film irrévérencieux, juvénile et diablement efficace, Love and Others cults nous présente Ai, joué par la chaméléonne et très jeune (23 ans)  Sairi Ito. Ai est la fille d’une mère fanatique de cultes et de religion, abandonnée par celle-ci Ai se retrouve dans une commune dirigée par un guru. 7 ans plus tard, le guru se fait arrêter et Ai est à la recherche d’une nouvelle famille. Elle en trouvera une dans un groupe de mésadapté sociaux, jeunes yakuza, call-girls, pimps et voyou de bas étage, la joyeuse bande est tout sauf normale. Les personnages du film sont tous attachants et imprévisibles et nous présentent un portrait du Japon différent, rural, jeune, insolant et trash. Le film m’a quelque peu rappelé l’ambiance de Destruction Babies de Tetsuya Mariko  que j’ai vu l’année passée au festival du nouveau cinéma. L’acteur Kaito Yoshimura qui jouait un petit rôle dans Destruction Babies est ici incroyable dans le rôle de Yuji Mieno, avide de pouvoir, insolent et despote. Cet acteur à un visage impossible, pas besoin de parler pour ressentir qu’il est tout sauf un être de confiance. Le film m’a impressioné et je compte bientôt le revisionner.

 

 

Tiger girl

Film allemand de Jakob Lass, Tiger Girl raconte l’histoire de la rencontre de Vanilla et Tiger. Tiger est une jeune femme qui vient d’échouer l’examen pour devenir policière, elle est blonde, gentille et polie, elle est vanille. Tiger est une jeune femme sans abris, qui accumule les mauvais coups et est juste une p’tite criss en général. Tiger tente d’amener Vanilla à lâcher ses principes de petite fille propre et sage, seul problème Vanilla va aller encore plus loin et dépassé son maitre.

Un autre film irrévencieux, si ce film était traduit au Québec le titre serait : «Les petites tabarnaques».

La musique hip-hop allemande aide le street cred du film. Les gars sont pas mal tous cons dans ce film, et je n’étais pas froissé le moins du monde. Les filles sont badass et pètent des gueules encore une fois. J’ai ri, j’ai dit des «Oh no girl you didn’t !»  avec ma voix de sassy white boy. Ella Rumpf qu’on a vue dans l’excellent Raw de Julia Ducournau est ici très drôle et touchante dans le rôle de Tiger, et super agréable à regarder. Je suis sortit du film avec un gros sourire dans la face, des filles avec des masques à gaz en diamant et des battes de baseball c’est juste fuckin nice tsé.

 

Suspiria

Un de mes films préféré ever. Dario Argento en grande forme, nous balance des couleurs plein la gueule. Blood and black Laces de Mario Bava  semble quasiment être en noir et blanc après ça !  Suzy se rend à une école de ballet en Allemagne. Dès son arrivée l’ambiance est étrange; une pluie diluvienne l’attend à la sortie de l’aéroport, un chauffeur de taxi bête quel’criss l’accueille, arrivée à l’école elle voit une fille qui s’enfuit dans la nuit pour ensuite se faire tuer violemment. Force est d’admettre que le ballet en Allemagne c’était pas la meilleure idée de Suzy. Peu à peu notre malchanceuse favorite tombe malade et les autres élèves disparaissent les uns après les autres, est-ce que l’école de Ballet cacherait un secret ? (SPOILERS) Oui, c’est des fuckin sorcières pas fines guyz.

La restauration en 4k de synapse change la donne. Voir des millions de vers blancs qui grouille sur grand écran en 4k c’est du next level shit ! Si l’image est vraiment belle et de nouveaux détails font leurs apparitions dans cette restauration, c’est surtout la trame sonore qui s’en sort gagnante. J’ai vu Suspiria plusieurs fois et jamais la musique n’a semblée aussi présente, claire et impressionnante. Ce film est une attaque aux sens, les sons, le visuel, les décors incroyables, tout est beau. Je ne sais toujours pas quand synapse va sortir cette restauration sur blu-ray mais ce sera un first time buy pour moi !

 

Voilà pour mon top 4, j’ai deux mentions spéciales :

A Day

Premier film du réalisateur Koréen Cho Sun-ho, le film raconte l’histoire d’un homme qui revit constamment l’accident qui tue sa fille, un peu à la Groundhog Day. Très bon thriller dramatique, mais j’ai trouvé que la musique, les crises de larmes et la finale étaient  juste un petit peu  trop cheesy.

The Endless

Nouveau film du tendem Justin Benson et Aaron Moorhead qui nous avaient donné l’excellent Resolution en 2012 nous reviennent cette fois avec un film encore plus étrange. L’équipe n’est plus seulement derrière la caméra cette fois-ci, mais jouent les deux rôles principaux. J’ai été étonné du fait qu’ils étaient non seulement crédibles, mais aussi de très bons acteurs. Pour ce qui est de l’histoire, je vais même pas essayer de la résumer. J’ai toujours pas compris, je me pose toutefois des questions sur mon existence depuis.

Certains films étaient bien, mais ils m’ont plutôt marqué, car j’ai pu rencontrer des réalisateurs que j’affectionne particulièrement.

 

Blue Man, j’y est rencontré George Mihalka, réalisateur du film d’un des meilleurs slashers de la vie : My Bloody Valentine.

Death Line, qui était projeté en compagnie du réalisateur Gary Sherman, qui a aussi réalisé l’excellent Dead and Buried, puis du mythique William Lustig, réalisateur de Maniac et CEo de la compagnie de production Blue Underground.

Suite aux deux représentations, j’ai fait signer plusieurs blu-ray et des affiches par les 3 réalisateurs.

Fantasia 2017 c’était chouette et encore une fois, j’attends patiemment à l’année suivante !

You may also like