Home Culture Volta – un spectacle survitaminé

Volta – un spectacle survitaminé

par Thomas Campbell
Volta

VOLTA prend son envol dans le Vieux-Port de Montréal avec une création moderne. La nouvelle production du Cirque du Soleil est axée sur des performances qui tissent de subtils liens avec notre société. De notre dépendance aux smartphones à notre aliénation à l’image, ce nouveau spectacle s’ancre dans notre époque.

Dans VOLTA, le jeu télévisé sert de trame à l’histoire. C’est un moment phare où le spectateur est rivé à son petit écran. Son animateur vedette, Waz, électrice la foule dans sa tenue dorée. Personnage énigmatique, il est enfermé dans une carapace qui le rend inaccessible. Mais sous son masque, Waz est bien solitaire. Il prend peu à peu conscience de la superficialité du monde. Pour s’en affranchir, il doit prendre le risque de se réinventer. Sa rencontre avec Ela éveillera sa soif de liberté.

Dès la scène d’ouverture, on est propulsé dans une émission de téléréalité qui vend du rêve. Dans ce show impitoyable (Quid Pro Quo), les concurrents s’affrontent dans une compétition de talents. Objectif : sortir de sa condition de citadin moyen (les Gris) pour espérer rejoindre le groupe des privilégiés (les Élites). La ressemblance avec des programmes actuels est évidente. On retrouve le même attrait de ces candidats en quête d’une gloire éphémère.

Volta - Mazrou

Volta, un show survitaminé

La mise en scène de VOLTA est aussi symbolique. On assiste au parcours initiatique de Waz dont la métamorphose coïncide avec son changement de costume. le scintillement noir/doré des élites contraste ainsi avec la sobriété grisâtre des citadins. Les uns ayant l’illusion de dominer leurs semblables. Les autres, abrutis par leurs écrans. Quant aux esprits libres, ils respirent la joie de vivre par leurs tenus colorés.

Avec un scénario accessible, VOLTA lance un message clair : « sors du conformisme et sois authentique ». Pour certains, cette vision paraîtra simpliste, mais, face au cynisme ambiant, elle est très positive. Voilà pourquoi VOLTA excelle par son dynamisme.

Les numéros s’enchaînent à un rythme effréné et laissent une grande place aux sports d’action. De la corde à sauter aux cerceaux, en passant par une surprenante suspension capillaire, chaque tableau rivalise de précision. Le clou du spectacle reste l’impressionnant numéro de BMX. Cinq coureurs s’élancent sur un skatepark qui se construit sous nos yeux. On est d’ailleurs agréablement surpris de voir que la jeunesse est au cœur de la distribution.

VOLTA est un divertissement grand public qui insuffle au spectateur une bonne dose d’énergie. Sans avoir le même lyrisme que Luzia, la musique, l’humour et la nostalgie cimentent le spectacle. Et le Cirque du Soleil prouve, une fois de plus, sa capacité à impressionner.

You may also like