Home Culture b3 : Syl-lo-go-ma-ni-e ou l’éternelle accumulation

b3 : Syl-lo-go-ma-ni-e ou l’éternelle accumulation

par Martine Robergeau

Ces jours-ci, le Festival St-Ambroise FRINGE de Montréal propose au public plusieurs petits bijoux des arts de la scène, en anglais, français et même bilingue. Ce festival prend place dans la métropole depuis déjà 27 ans et présente des spectacles originaux et déjantés.

B3 : Syl-lo-go-ma-ni-e ne fait pas exception. Dans la petite salle Jean-Claude Germain du Centre du théâtre d’aujourd’hui, deux clowns traitent avec humour et sensibilité comment ils vivent avec la syllogomanie. Les interprètes, Kathleen Aubert et Simon Fleury, grâce à leurs corps expressifs, leurs mimiques et une belle sincérité parviennent à faire rire et réfléchir.

Qu’est-ce que la syllogomanie? C’est le symptôme d’une personne accumulant sans cesse des objets, sans pouvoir les jeter. D’ailleurs, cette maladie, appelé syndrome de Diogène , touche beaucoup de gens dans la société de consommation actuelle.

Vie encombrée, émotions exacerbées

Boka et Mazy s’aiment et vivent ensemble, mais possèdent des habitudes de vie qui semble diamétralement opposés. Pour personnifier leur différence, la scène est séparée, mais finira par fusionner au rythme de leur compréhension et adaptation à leur syndrome. Pour la mise en scène, la simplicité est de mise. Les objets sont éparpillés ou rangés, mais nombreux et aux couleurs de chaque personnage. Chaque scène est une occasion de chambouler la perception de chacun sur leur façon de gérer leur trouble.

Le spectateur, complice, éclate de rire très souvent, est touché aussi à plusieurs reprises. Le sourire de Kathleen est communicatif. Bien que la pièce puisse sembler légère, le propos l’est nettement moins. Il sera expliqué au public la difficulté de vivre avec ce syndrome, avec soi-même et les autres.

Clowns en symbiose

La musique est omniprésente, car elle suit au quart de tour les mouvements et les émotions des deux protagonistes. Les chorégraphies sont bien interprétées, avec une belle émotivité, un bon rythme et beaucoup d’humour.

Qui dit clown dit enfant? Pas nécessairement. Ce spectacle fera aussi le bonheur des grands enfants en raison principalement de la thématique abordée. Un bon divertissement avec un message touchant pour ceux qui connaissent ou vivent avec ce syndrome. Le spectacle est court, d’une durée d’une heure.

La beauté du festival St-Ambroise FRINGE, c’est le plaisir de découvrir des artistes talentueux et de passer une belle soirée accessible et sans prétention.

b3 : Syl-lo-go-ma-ni-e : jusqu’au 18 juin 2017

Salle Jean-Claude-Germain du Théâtre d’Aujourd’hui, dans le cadre du Festival St-Ambroise FRINGE 

You may also like