Home Culture Knock ou le Triomphe de la médecine – Crédulité humaine

Knock ou le Triomphe de la médecine – Crédulité humaine

par Thomas Campbell
Knock - Mazrou - TNM

Knock ouvre la saison du TNM avec une satire sur les dérives de la médecine où « les gens bien portants sont des malades qui s’ignorent ». Cette réplique résume à elle seule l’esprit de la pièce où chacun entend être rassuré par un diagnostic.

Sur scène, le docteur Knock débarque dans la petite ville de Saint-Maurice où la population est en pleine santé. Pas pour longtemps, car le médecin décide de remédier à la situation. Il ne tarde pas à manipuler sa clientèle en leur inventant une panoplie de maladies imaginaires avec des traitements loufoques.

Dans une mise en scène inspirée des années 20, on suit le quotidien d’un Knock sans scrupule qui abuse de la crédulité humaine pour faire fructifier ses affaires. Toute ressemblance avec des pratiques ou des personnages réels n’est pas fortuite, puisque certains praticiens profitent du système. On ne peut d’ailleurs nier que la médecine est devenue un commerce florissant, tout comme l’industrie pharmaceutique. Le patient se trouve au cœur de cette spirale alimentée par son ignorance et son anxiété.         

Knock - Mazrou - TNM

Knock, une satire sociale

Il y a près de 100 ans, Knock a été immortalisé par Louis Jouvet. Le célèbre acteur français l’a incarné plus de 2000 fois avec un succès incontesté. Reprendre ce personnage est audacieux, car même si la pièce s’inscrit dans la tradition des comédies de Molière (Le Médecin malgré lui et Le Malade imaginaire), elle est peu connue du grand public.

Alexis Martin a la lourde tâche de succéder à Jouvet dans le rôle-titre. Il tire bien son épingle du jeu en incarnant le fourbe Knock. Machiavélique à souhait, il s’apparente davantage à un gourou, expert dans la manipulation mentale, plutôt qu’à un médecin. Son interprétation nuancée évite la caricature, malgré l’absurdité de son personnage.

Il est secondé par une distribution de choix. Evelyne de la Chenelière, Marie-Thérèse Fortin et Sylvie Moreau jouent ici des rôles à contre-emploi, car on a l’habitude de les voir dans des registres plus dramatiques. Elles sont néanmoins drôles, passant d’un personnage à l’autre avec aisance.

Sous son apparente frivolité, Knock demeure une comédie sociale dont l’humour noir nous renvoie à une triste réalité : celle du surdiagnostic et de la surmédicalisation. Daniel Brière insiste sur ce point en invitant sur scène le docteur Alain Vadeboncœur. Son arrivée inopinée pourra surprendre, car son intervention s’ancre dans l’actualité. Cette partie, bien que didactique, se vaut par sa portée informative. On y invoque notamment la situation des médecins de famille ou l’encombrement des urgences. Du médecin comme du patient, on mesure alors la responsabilité, puisque dans un cas comme dans l’autre, il est question de la relation au corps et à la maladie.          

Knock est au final une belle entrée en matière pour la saison du TNM qui divertit et donne à réfléchir sur notre société hypocondriaque.

Knock ou le Triomphe de la médecine
Jusqu’au octobre
Texte : Jules Romains
Mise en scène : Daniel Brière
Distribution : Evelyne de la Chenelière, Marie-Thérèse Fortin, Pierre Lebeau, Didier Lucien, Alexis Martin, Sylvie Moreau              

You may also like