Notice: Use of undefined constant REQUEST_URI - assumed 'REQUEST_URI' in /home/mazrou/public_html/wp-content/themes/soledad/functions.php on line 73
La détresse et l'enchantement - La force de l'humanité - Mazrou | Lifestyle Blog
Home Culture La détresse et l’enchantement – La force de l’humanité

La détresse et l’enchantement – La force de l’humanité

par Marie-Pascale Danis
La détresse et l'enchantement - TNM - 2019

La détresse et l’enchantement, présentée au Théâtre du Nouveau Monde à guichets fermés en février 2018, revient sur la scène de l’institution culturelle montréalaise pour 10 représentations supplémentaires. Basée sur l’œuvre autobiographique posthume de l’écrivaine Gabrielle Roy, la pièce a notamment conquis les spectateurs par son humanité désarmante.

Seule sur scène, Marie-Thérèse Fortin relate, non… incarne la vie de l’auteure canadienne-française originaire de Saint-Boniface, au Manitoba. Toute petite, cette fille de québécois se sent étrangère dans son propre pays, écartée par une barrière linguistique la plupart du temps impénétrable. La détresse et l’enchantement raconte la misère de la famille Roy, mais aussi la douance de sa cadette. Et le désir de cette dernière, devenue femme, de s’affranchir et de trouver sa voie.

Véritable ode à la liberté, La détresse et l’enchantement met en scène la vie de Gabrielle Roy avant l’écrivaine, avant Bonheur d’occasion et tous les honneurs qui en découlèrent. Œuvre posthume, le livre s’arrête au retour à Montréal de Gabrielle, en 1939, après son premier voyage en Europe. Après le décès de sa mère. Au moment où elle prend connaissance du quartier Saint-Henri et de la matière romanesque qu’il représente.

Le roman La détresse et l’enchantement a fasciné Marie-Thérèse Fortin dès sa parution en 1984. Le projet d’en faire un spectacle a alors occupé l’esprit de la comédienne. Cet intérêt viscéral pour l’œuvre d’origine transparaît tout au long de la pièce. D’abord, le jeu de Marie-Thérèse Fortin, seule en scène pendant plus d’une heure trente, perce autant l’âme des spectateurs que l’a fait l’écriture de Gabrielle Roy auprès d’innombrables lecteurs.

La détresse et l’enchantement - TNM - 2019

Que ce soit dans son interprétation de l’auteure à différents moments de sa vie ou dans celle des différentes femmes qui ont croisé sa route lors ses premiers contacts avec le Vieux continent, Marie-Thérèse Fortin touche droit au cœur. L’énergie de Gabrielle enfant, la fatigue de sa mère, mais aussi son sens de l’humour et sa détermination, la désinvolture de sa « compatriote » qui l’accueille à Paris… Chaque caractère est rendu avec une justesse désarmante frôlant la perfection.

Si Marie-Thérèse a su embrasser pleinement l’œuvre de Gabrielle Roy, on ne peut qu’en dire autant d’Olivier Kemeid, qui livre, dans cette coproduction des Trois tristes tigres, du Théâtre du Trident et du Théâtre du Nouveau Monde, une mise en scène saisissante. Par sa simplicité. Par son ingéniosité. Par sa justesse.

Le roman autobiographique La détresse et l’enchantementa été écrit dans la résidence estivale d’écriture de Gabrielle Roy, à Petite-Rivière-Saint-François. Sans l’ombre d’une hésitation, les grandes langues de roches sablonneuses du décor et les jeux de lumière précis nous y transportent instantanément. Par de doux effets sonores rappelant le clapotis de l’eau sur la grève ou les vagues venant s’échouer sur le rivage et par l’éclairage élégamment actif, Kemeid fait bouger la scène, comme si elle était portée par les marées. Simples et efficaces, les images créées par le metteur en scène rendent ici justice à l’œuvre représentée et au jeu de sa comédienne.

Pour se retrouver en tant que québécois, canadien-français, immigrant, femme ou simplement humain avide de sens et de liberté, on doit impérativement voir La détresse et l’enchantement.

La détresse et l’enchantement
Au Théâtre du Nouveau Monde jusqu’au 2 novembre 2019
Adaptation de Marie-Thérèse Fortin et Olivier Kemeid
Mise en scène : Olivier Kemeid
Avec Marie-Thérèse Fortin

You may also like