Home Culture La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé – S’affranchir du passé

La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé – S’affranchir du passé

par Thomas Campbell
la_nuit_laurier_gaudreault_mazou_banniere

La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé boucle la saison du TNM avec une création originale. Un huis clos signé Michel Marc Bouchard dans le cadre d’une réunion familiale explosive. De Christine la reine garçon à Tom à la ferme, on retrouve ses sujets de prédilection. L’auteur expose la complexité des rapports humains, sous fond de mensonges, dénis et faux semblants.

Sur scène, Mireille Larouche (Julie Le Breton) revient au Lac-Saint-Jean pour embaumer sa mère. Célèbre thanatologue, elle a fui Alma pour oublier son passé et n’a pas revu ses frères depuis une décennie. Son retour crée une véritable onde de choc, car il les replonge dans une sombre affaire.

Enfant, l’insomniaque Mireille allait chez ses voisins, la nuit, pour les regarder dormir. Fascinée par ces corps qui s’abandonnent au sommeil, son voyeurisme a duré quelques années sans que personne ne s’aperçoive de sa présence. Mais un soir, le jeune Laurier Goudreault l’a surprise dans sa chambre et tout a basculé…

Ce fil rouge cimente les liens des différents personnages qui, devenus adultes, sont encore hantés par ce drame. La pièce se déploie ainsi sur deux portions de temps où le présent porte les stigmates d’un passé qui n’en finit pas de se raconter. Commence alors un jeu de pistes pour rassembler les éléments d’une histoire fragmentée. Serge Denoncourt brouille en cela habilement les cartes, dans une mise en scène construite comme une poudrière.

La nuit où Laurier Gaudreault s'est réveillé - Mazrou

Famille, je vous hais

La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé dissèque les fêlures de personnages portés par une éclatante distribution. Julie Le Breton (Mireille) rend finement la dualité de son personnage auréolé de mystère, tour à tour froide et vulnérable. D’entrée de jeu, on ressent un malaise inexplicable en la présence de cette thanatologue qui semble déconnectée de ses émotions. Cette ambiguïté est renforcée par des apartés où le spectateur entrevoit Mireille sans masque. 

Trois talentueux comédiens campent les frères Larouche. Patrick Hivon (Julien) est une sorte de mari-père idéal aux étranges sautes d’humeur. Éric Bruneau (Denis) un bouillonnant entrepreneur et Mathieu Richard (Éliot) un instable petit frère aux multiples dépendances. Quant à Magalie Lépine-Blondeau (Chantale), elle surprend en belle-sœur superficielle, un rôle à contre-emploi rafraîchissant, qui nous fait sourire à quelques reprises.

Durant près de deux heures, la fratrie va se livrer à un examen de conscience, à coup de phrases assassines. La salle d’embaumement prend alors des allures de confessionnal où cette famille dysfonctionnelle va révéler un secret trop longtemps enfoui.         

Au cœur de la pièce, deux figures alimentent ces tensions. Il y a d’abord la défunte mère, corps inerte sur une table métallique, qui assiste au règlement de compte de ses proches. Et ce fameux Laurier, à l’origine du scandale. Ce sont eux qui enfonceront le clou dans le cercueil des Larouche en faisant éclater la vérité.

La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé est une pièce atypique dans le répertoire québécois.  À l’image de la série télévisée Six feet under, le spectateur assiste à un rituel peu connu du grand public, celui de l’embaumement. La mise en scène réaliste de Denoncourt présente ce métier dans son plus simple appareil avec notamment une surprenante toilette mortuaire.

Dans ce contexte, il s’agit d’une expérience marginale des autres productions théâtrales. Pourtant, la mort est ici un prétexte pour parler des vivants. Michel Marc Bouchard évoque la réalité d’une famille asservie à son passé. C’est cet obstacle-là qui étouffe Les Larouche. Une épreuve qui démontre leur incapacité à se comprendre et surtout à s’accepter. Un drame contemporain qui dépasse le cadre de la fiction pour trouver écho dans nos parcours individuels.

La nuit où Laurier Gaudreault s'est réveillé

La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé
TNM jusqu’au 15 juin
Texte Michel Marc Bouchard
Mise en scène Serge Denoncourt
Distribution Éric Bruneau, Kim Despatis, Patrick Hivon, Julie Le Breton, Magalie Lépine-Blondeau, Mathieu Richard

You may also like