Home Culture Les fées ont soif : Ode à la féminité

Les fées ont soif : Ode à la féminité

par Meriem Benammour
Les fées ont soif - Théâtre du Rideau Vert 2018

Les fées ont soif, pièce emblématique du féminisme québécois est de retour pour le plus grand plaisir du spectateur. Tout est formidable dans cette pièce.

La mise en scène de Sophie Clément, interprète dans la formation originelle, est sobre et percutante. La première scène est une totale réussite et marque les esprits. En effet, le spectateur est à la fois intrigué et préparé pour ce qui suivra. Le rideau se lève sur des personnages aux costumes grotesques, dignes d’un bal masqué burlesque, mais ô combien représentatifs des caricatures utilisées pour définir la femme.

Assoiffées de revendications

Le jeu des actrices est juste, structuré et profond. Elles incarnent chacune à merveille la complexité de leur personnage. Coincées dans la peau d’archétypes féminins, Caroline Lavigne, Pascale Montreuil et Bénédicte Décary incarnent merveilleusement bien la beauté, les rêves, les blessures et les désillusions de la mère, la putain et la sainte.

À part lors des moments où les actrices chantent avec brio, on oublierait qu’on est au théâtre. Les revendications de Marie, Madeleine et la Statue résonnent au plus profond de nous. L’authenticité du jeu des actrices donne toute la dimension humaine à cette prière pour la femme.

Les fées ont soif - Théâtre du Rideau Vert 2018

Une écriture féminine intemporelle

L’écriture de Sylvie Boucher est percutante, intelligente, drôle et poétique. Jugés vulgaires et blasphématoires en 1978, les propos des personnages sont justes, sans équivoque et ont conservé toute leur force. Autres temps, autres mœurs dira-t-on. Cependant, les justificatifs pour l’asservissement des femmes ont souvent les mêmes fondements. Ainsi, Les fées ont soif reste terriblement d’actualité. Les scènes de dépression ou de violence raisonnent (trop) avec les faits divers contemporains.

Une œuvre à utilité publique

D’ailleurs, ce que l’on déplore est qu’en 2018, Les fées ont soif joue encore un rôle cathartique important. On comprendra que le blâme n’appartient nullement à l’œuvre… Néanmoins, il serait injuste de ne pas relever la lueur d’espoir dans le changement de mentalités. La concordance des dates de représentation avec le premier anniversaire du mouvement #metoo et l’annonce du jugement de culpabilité de Bill Crosby nous rappellent les progrès de notre société.

Le tour de force de Les fées ont soif est que tout en dénonçant les normes et les stéréotypes imposés par la société aux femmes, elle reste une pièce rassembleuse. Une pièce à voir deux fois plutôt qu’une.

Les fées ont soif - Théâtre du Rideau Vert 2018Les fées ont soif
Théâtre du Rideau Vert jusqu’au 10 novembre
Texte : Denise Boucher
Mise en scène : Sophie Clément
Distribution : Bénédicte Décary, Caroline Lavigne et Pascale Montreuil

You may also like