Home Culture Souveraines – Le pouvoir conjugué au féminin

Souveraines – Le pouvoir conjugué au féminin

par Marie-Pascale Danis
Souveraines - banniere Mazrou

Souveraines éclate d’actualité par son illustration des complexités du pouvoir féminin. Le théâtre de La Banquette arrière nous offre ici une pièce inspirante et novatrice.

Premier texte de la très juste Rose-Maïté Erkoreka, Souveraines relate la lutte de Maïa pour faire accepter sa propre pièce comme prochaine production de la troupe de théâtre amateur dont elle fait partie. Or, le directeur artistique, Phil (Sébastien Dodge), mégalomane un brin psychopathe, lui offre une féroce opposition…

Des thèmes criants d’actualité

Domination masculine, émancipation des femmes, difficulté pour elles de prendre et d’assumer le pouvoir… Les thèmes défendus et dénoncés par Souveraines pourraient difficilement mieux s’inscrire dans l’actualité.

Les vidéos d’archives diffusées tout au long de la pièce ancrent justement le propos dans la politique contemporaine. On visionne en effet, à plusieurs moments clés, des extraits de discours de Pauline Marois, de Theresa May, de Valérie Plante et bien d’autres. Inspirantes, ces femmes de pouvoir motivent la protagoniste à revendiquer la place qui lui revient.

En contrepartie, Maïa est régulièrement visitée par des grandes reines de l’Histoire. Mêlant son imagination à la réalité, la jeune femme répond à la fois à ses collègues et aux apparitions du passé. Ainsi, la planification d’un putsch contre le tyrannique directeur de la troupe s’apparente aux grandes joutes politiques du passé.

Souveraines - Mazrou

© Bruno Guérin

Une mise en scène intelligente, un jeu précis

Marie-Josée Bastien relève haut-la-main le défi de mise en scène présenté par la pièce. En effet, mise à part une ou deux occasions ou le parallèle entre la réalité de la troupe de théâtre et les apparitions des reines de l’Histoire coule un peu moins de source, l’ensemble illustre habilement la soif de pouvoir des femmes.

La première apparition d’une alliée du passée figure d’ailleurs parmi les scènes les mieux réussies de la pièce et donne lieu à un moment à la fois très comique et profond. Voilà une excellente occasion pour Rose-Maïté Erkeroka de laisser pleinement cours à son talent d’interprète.

Au plan du jeu, notons aussi la performance détestablement exquise de Sébastien Dodge, à qui on a tout simplement envie de flanquer une bonne claque, tant son personnage enrage par son égoïsme, sa fermeture d’esprit et sa cruauté. Heureusement, le sympathique et timide Will (Éric Pauhlus) et le touchant Francis (Simon Rousseau) sauvent la face de la gente masculine.

En somme, Souveraines est une pièce à voir : en mettant en scène le pouvoir féminin, elle donne envie aux femmes de se lever et de prendre enfin pleinement la place qui leur revient, elles qui, comme le disait Madame Marois, portent la moitié du monde sur leurs épaules.

souveraines - MazrouSouveraines
Théâtre des Quat’sous, jusqu’au 8 décembre
Texte : Rose-Maïté Erkoreka
Mise en scène : Marie-Josée Bastien
Production : Théâtre de la Banquette arrière
Distribution : Amélie Bonenfant, Sébastien Dodge, Rose-Maïté Erkoreka, Anne-Marie Levasseur, Lise Martin, Éric Paulhus, Simon Rousseau

You may also like